Si c’est la fin du monde (Tommy Wallach)

Si c’est la fin du monde, de Tommy Wallach raconte au jour le jour le quotidien de plusieurs lycéens, après l’apparition dans le ciel d’un astéroïde ayant deux chances sur trois de se trouver sur la trajectoire de la terre et de la percuter dans un délai de deux mois.

Deux mois, c’est donc le temps qu’il reste à chacun pour vivre et prendre de grandes décisions. Des décisions autrefois réfléchies qui d’un coup d’un seul se bousculent et chamboulent tout. Les amitiés les plus impossibles se créent, les couples se font et se défont, les élèves modèles de bonne famille se rebellent et abandonnent tout pour vivre leur grand rêve, et chacun s’efforce d’accélérer le destin et de tout mettre en oeuvre pour atteindre, en deux mois seulement, le but de ce qui aurait dû être une vie toute entière, ou du moins celui de quelques années.

Le populaire Peter devra décider de poursuivre ou non sa relation avec sa très sexy (et très pimbêche) petite amie ou au contraire, de tenter sa chance auprès d’Eliza, l’outsider férue  de photographie portant l’étiquette de fille facile depuis qu’un baiser furtif avec Peter a précipité sa réputation. Andy, le skater fumeur de joints, fera tout son possible pour atteindre son but ultime de lycéen puceau : faire l’amour avec une fille (et de préférence, la fille de ses rêves) avant que cette saloperie d’astéroïde ne leur explose à la trogne et ne le condamne à mourir vierge. Anita, la jeune fille sage issue d’un milieu privilégié et promise à un brillant avenir dans l’une des universités les plus convoitées du pays, devra trouver la force d’affronter son père et de contrarier le destin qu’il lui a tracé pour vivre son rêve de toujours : chanter.

Les destins de ces quatre héros vont ainsi se croiser et ensemble, ils vont vivre ces deux mois censés les séparer de la fin du monde, et miser sur ce court laps de temps pour renoncer définitivement à leur étiquette respective et se fabriquer la vie qu’ils ont toujours voulu mener. Leur chassé croisé se dessine ainsi sur fond de dystopie, dans un monde qui jour après jour, sombre dans la crainte et le chaos, un monde régi par de nouvelles règles et  sur lequel planent de nouvelles menaces, car qui sait de quoi les hommes sont capables dès lors qu’ils intègrent l’idée que dans deux mois peut-être, il ne restera rien d’eux.

Un roman plutôt cool (bien que la fin m’ait laissée sur ma faim) avec – teasing de ouf – une scène de premier baiser dans la chambre noire d’un labo photo (qui ne vaudra jamais le baiser au goût de tarte aux pommes de Weetzie Bat, certes). Si vous aimez les ambiances pré-apocalypse et les rencontres entre sales jeunes et élèves modèles qui virent tantôt au cauchemar tantôt à la vraie belle histoire d’amitié, ce roman est fait pour vous.

 

sicestlafin

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s