M.Pénombre libraire ouvert jour et nuit (Robin Sloan)

J’ai lu M. Pénombre libraire ouvert jour et nuit , un titre conseillé par Elaine, une Malaysienne de 23 ans, au dos d’une joyeuse illustration colorée. Elaine me racontait être tout juste rentrée d’un voyage à Bali et s’être fait tatouer une fleur de lotus quand elle a évoqué ce titre de Robin Sloan, un titre pas vraiment commun qui m’a donné envie de commander ce bouquin au bout d’environ 8 secondes trois quarts. Peut-être parce qu’avoir une librairie ouverte 24 heures sur 24 juste au bout de ma rue, ce serait un peu le rêve de ma vie. J’irais acheter un nouveau volume de Conan ou une biographie de rock star défraîchie en pantoufles et en robe de chambre, à trois heures du matin, ce serait tellement super. Ou bien entre l’heure de ma douche et celle du petit-déjeuner familial, quand les enfants dorment encore mais pas pour très longtemps, je pourrais commencer ma journée par une visite chez le libraire, même s’il est sept heures moins le quart, et lui acheter un San Antonio qui garderait entre ses pages l’odeur des livres désuets gardés trop longtemps dans un carton, ou un polar nordique qui sentirait bon le neuf. Et ce serait une journée qui commencerait parfaitement bien.

Mais bon, les librairies ouvertes jour et nuit, ça n’existe pas (ou dans tous les cas, on ne m’a pas mise au courant). En tous cas, celle de Monsieur Pénombre ne ferme jamais. Elle reçoit bien peu de clients, malgré les milliers d’ouvrages répartis sur d’interminables étagères auxquelles on accède par une échelle, des ouvrages rarement au goût du jour,  des grands classiques, de l’heroïc fantasy parfois, mais aussi des ouvrages complètement décalés ou improbables. C’est dans cette drôle de librairie  de San Francisco que Clay, un jeu graphiste au chômage, décroche un job en tant que libraire de nuit, pour assurer la vente de livres de 22 heures à 6 heures. Un poste déjà incongru en soi auquel s’ajoutent quelques exigences hors du commun de la part du propriétaire, Monsieur Pénombre, qui souhaite, par exemple, que Clay tienne rigoureusement à jour le registre des clients, un registre qui contient chaque fait et geste, remarque sur l’attitude  ou détail vestimentaire de chaque acheteur, un peu à la manière d’un journal d’enquête. Ainsi Clay s’habitue-t-il à côtoyer les rares clients nocturnes de la librairie de Monsieur Pénombre, comme cette strip-teaseuse avide de biographies, qui lit aussi bien celle de Steve Jobs que celle d’Einstein, ou bien encore ces drôles de lecteurs réguliers qui s’invitent en pleine nuit avec une impatience déconcertante pour exiger une référence précise.

Très vite, Clay se pose de très sérieuses questions sur la nature de cette clientèle nocturne, une clientèle digne d’une confrérie secrète dont les achats semblent correspondre à une étrange quête. Mais quelle est cette quête et qui sont-il ? Pour le découvrir, Clay va devoir enquêter, avec tous les moyens à sa portée, et découvrir le secret de la mystérieuse librairie de Pénombre.

Ce roman nous emmène dans une joyeuse et passionnante aventure dans l’univers des livres, une aventure peuplée d’énigmes, de grands fanatiques, de sociétés secrètes, une aventure où la technologie contemporaine se met au service d’énigmes ancestrales pour tenter de trouver la clé de certains mystères cachés dans les pages de vieux manuscrits. Et vraiment, on s’amuse beaucoup en lisant ce livre. On s’impatiente lorsque les investigations du héros piétine, on envie son immersion dans cet univers aux relents de livres poussiéreux, on s’attache à ce drôle de libraire introverti qui veille sur les secrets que renferme sa librairie, on aime cette ambiance où grands initiés, rats de bibliothèque et jeunes nerds s’allient pour venir à bout d’une même et unique quête initiée dans les rayonnages d’une étrange librairie de quartier.

Lisez-le, c’est vachement bien, pas inoubliable certes, mais vraiment bien mené et captivant, de quoi nous faire passer un chouette moment de lecture. En plus c’est édité en poche à moins de huit euros, donc autant ne pas se priver.

 

Acheter M. Pénombre libraire ouvert jour et nuit

Publicités

3 réflexions sur “M.Pénombre libraire ouvert jour et nuit (Robin Sloan)

    • Eve dit :

      C’est vrai que sur la fin du livre, l’engouement des débuts (avec la géniale ambiance de librairie nocturne pleine de mystères) s’essouffle un peu. Et j’avoue que j’ai eu plus de mal sur la fin que pendant les deux tiers du livre que j’ai trouvés pour ma part vraiment captivants. Mais dans l’ensemble, j’ai vraiment bien aimé ce roman.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s