Abattoir 5 (Kurt Vonnegut)

Abattoir 5 est un roman de science-fiction qui m’a été conseillé  par une certaine Kate Miller de Minneapolis. J’ai trouvé le titre vraiment cool, allez savoir pourquoi, et si l’on ajoute à cela qu’il était mentionné au dos d’une carte postale d’un film de sci-fi de série B datant de 1961, je me suis dit que cette Kate ne pouvait forcément pas avoir mauvais goût.

Abattoir 5 est l’histoire de Billy Pellerin, un vieil opticien doté du pouvoir de se promener à travers le temps et qui passe ainsi son temps à rebondir d’un moment à l’autre de son existence. Il se retrouve ainsi régulièrement en 1945, à l’époque où il fut fait prisonnier et enfermé dans un abattoir de Dresde,  d’où il fut témoin du terrible bombardement qui anéantit la ville. Parfois aussi, le voilà qui revit les premières années de son mariage, des scènes banales déjà vécues dans son cabinet d’opticien, et puis surtout, son existence sur la planète Tralfamadore, après avoir été enlevé par des extraterrestres. Bien décidé à révéler au monde entier l’existence des Tralfamadoriens, Billy Pellerin devient la honte de sa famille en arpentant les radios et bureaux des journaux locaux pour relater son incroyable aventure dans une autre galaxie et évoquer ces extraterrestres télépathes ayant, à la place de la tête, une grosse main  pourvue d’un oeil. Il y raconte comment il a été placé sous un dôme de verre équipé de meubles volés par les Tralfamadoriens chez Prisunic, et comment il est ainsi devenu la vedette d’un zoo tralfamadorien, observé et questionné par des petits hommes verts curieux.

J’ai plutôt bien aimé lire ce roman complètement délirant. C’est bourré d’humour noir, ça se lit très vite (220 pages) et on adore la galerie de personnages inventée par l’auteur : Bob l’enragé, Kilgore Trout l’auteur de romans de science-fiction, Montana Patachon la starlette enlevée par les extraterrestres… Bref, lisez-le, c’est bien cool (je trouve que j’emploie le terme « cool » de façon beaucoup trop fréquente et inconsidérée ces derniers temps, ce doit être dû à ma nostalgie grandissante pour les 90’s).

abattoir5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s